Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Yolande Egyed Alexandre : Dissection à l'anglaise

Publié le par Olivier Delcroix

Je tiens à signaler en préliminaires que je ne connaissais pas l’auteur de ce roman : dissection à l’anglaise et que cette chronique n’est pas faite pour faire plaisir à cette auteur.


Sur la forme
Ce roman est un policier thriller tenu de main de maître dont la lecture est fluide et agréable. La prose est très bonne, le vocabulaire et riche et varié. Les passages de dialogue sont intercalés là où s’est utile. Des comparaisons parfois atypiques donnent du mouvement. Les passages de descriptions parfois un peu gore vous empêchent de sombrer. Tout dans ce roman est calculé pour vous tenir en haleine. Les détails de certaines scènes m’ont fait penser à des scènes des experts tant le réalisme est présent. Il est fort probable que l’auteur ait fait des recherches dans le domaine policier et dans celui de la médecine légale car tout au long de certaines descriptions, les connaissances sont évidentes. Le roman se passe à Nice là où il fait bon vivre et où on ne parle pas de meurtres à chaque instant.


Sur le fond
L’auteur nous emmène dans une enquête policière à la recherche d’un « serial killer » qui tue toujours avec une remarquable facilité et toujours de la même façon et on dirait avec une certaine dextérité. A priori, les victimes n’ont rien en commun et pourtant…
Je peux difficilement en dire plus sur l’histoire sinon que les meurtres perpétrés sont épouvantables. Amateurs de glauques, bienvenue !
En effet, en racontant tout, je vous donne le résumé et en plus l’auteur le fait beaucoup mieux que moi. Il est donc inutile de tout raconter. Pour profiter de ce roman de la meilleure façon, il faut juste le lire et s’armer de patience car il y aura une suite.
Je vous invite donc à le lire, à en parler autour de vous afin que les amateurs de policier thriller aient envie de l’acheter et de le lire. Croyez-moi vous ne serez pas déçus. Rien que la couverture sur laquelle on retrouve beaucoup de rouge représentant des flots de sang, donne envie de l’ouvrir afin d’en tirer des bons moments.

Yolande Egyed Alexandre : Dissection à l'anglaise

Commenter cet article